Paris Photo 2023 - Arrivée du digital ?

Par Marie de La Fresnaye3 novembre 2023In 2023, Articles

La 26ème édition de Paris Photo réunit 191 exposants en provenance de 25 pays pour donner à voir plus de 800 artistes et photographes selon un spectre le plus large possible de géographies, pratiques et enjeux. Elle inaugure un secteur digital, une première dans le paysage des foires européennes.

Parmi les temps forts : l’arrivée d’Anna Planas en tant que directrice artistique, commissaire du secteur Curiosa, les 5 ans du parcours Elles x Paris Photo curaté par Fiona Rogers soulignant une progression d’artistes femmes sur la foire (36% cette année), la sortie d’un livre anniversaire et un nouveau secteur digital sous la houlette de Nina Roehrs en écho aux phénomènes de plus en plus disruptifs liés aux NFT et à l’intelligence artificielle.

Si le taux de renouvellement des galeries est important (36%) cela résulte d’un important travail de prospection, comme le souligne la directrice du salon Florence Bourgeois, du côté de l’Italie notamment avec l’arrivée de Paci (Brescia), Montrasio Arte (Milan) ou Studio G 7 (Bologne), de l’Espagne avec Mira Madrid et Albarràn Bourdais mais aussi des Etats-Unis avec Bruce Silverstein (New York), Dot FiftyOne (Miami), Marshall (Los Angeles) … portant à 68% le nombre de galeries internationales pour 32% d’enseignes françaises.

La directrice générale se félicite également des solos shows toujours nombreux (20) comme ceux de l’artiste designer Hassan Hajjaj chez 193 Gallery, primo-participante, ou Samuel Fosso chez Christophe Person qui fait son entrée à la foire avec un large panel de tirages historiques ou plus contemporains du lauréat de la Deutsche Börse Photography Foundation, L’on remarque aussi Tom Wilkins, photographe amateur, (Christian Berst) avec une abondante archive de polaroids des années 1970. La galerie M 77 (Milan) se concentre sur le génie de l’artiste humaniste Nino Migliori pour sa première participation. L’enfant terrible de la mode, Juergen Teller est présenté chez Suzanne Tarasiève avec une série des années 90. L’artiste Vasantha Yogananthan, choisi pour le visuel de la foire, est proposé par The Photographers Gallery (Londres) autour de sa nouvelle série Mystery Street, soulignant l’impact du réchauffement climatique à la Nouvelle Orléans sur l’imaginaire d’enfants et d’adolescents.

Parmi les duo shows se distingue l’installation en dialogue des Self Portraits de Melissa Shook, artiste invisibilisée par l’histoire qu’il est temps de redécouvrir, avec les 365/Diary de Ken Ohara par les galeries Valérie Bach-La Patinoire Royale (Bruxelles) et Miyako Yoshinaga (New York). Autre dialogue audacieux entre Jean-Kenta Gauthier (Paris), galerie contemporaine présente dans le secteur principal et digital, et la galerie new-yorkaise spécialiste du 19ème Hans P. Kraus JR.

Le secteur Curiosa propose 16 projets d’artistes présents pour la première fois avec une réelle diversité d’écritures à l’image de toute la foire, comme le souligne Anna Planas, nouvelle directrice artistique. Un aller et retour entre une réflexion sur le medium, le vécu personnel et des enjeux contemporains portés par le documentaire, résume-t-elle. Avec notamment Andrès Baron chez DS galerie, Ilanit Illouz chez Fisheye ou Constance Nouvel chez IN SITU.

Certains thèmes se devinent en creux comme l’amitié, les liens intergénérationnels, la transmission, l’exil avec l’iranienne Hoda Afshar (Milani Gallery) ou l’effacement de la mémoire comme chez Nhu xuan Dua (Anne-Laure Buffard) et ses portraits de famille flous et volatils, Jonathan Rosić (Archiraar, Bruxelles) et ses dessins qui traitent aussi d’impermanence ou Silvia Bigi (Red Lab, Milan) qui dénonce l’invisibilité à travers le handicap de sa grand-mère.

Il se dessine le portrait d’une génération habituée à travailler en collaborations et à intégrer le sujet. La performance en temps réel de Vivian Galban (Rolf Art, Buenos Aires) qui propose aux visiteurs chaque jour de la foire un portrait à l’aide d’une camera obscura illustre ce lien recherché avec le public.

Le nouveau secteur digital réunit 9 galeries ou plateformes. Il est le reflet d’un brouillage des catégories généralement admises et de l’émergence de formes hybrides en art, précise Nina Roehrs, chargée du secteur. Si le phénomène n’est pas nouveau, on remarque une accélération de la digitalisation de la culture et de l’image : des mèmes aux selfies, filtres instagram, captures de drone soulevant paradoxes et défis à l’ère des NFTs, du metaverse, de la blockchain et de l’intelligence artificielle. Des artistes toujours plus nombreux s’emparent de ces nouveaux potentiels souvent vécus comme une menace pour le marché et les intermédiaires. Dès lors exposer des œuvres digitales dans un espace physique soulève de nombreuses questions entre 2ème et 3ème dimension et les galeries sélectionnées vont présenter des œuvres avec ou sans écran comme Office Impart Gallery (Berlin) et l’artiste Damjanski, Intéressé par les dynamiques du pouvoir, de la poésie et des applications comme œuvres d’art. Unhuman Compositions, 2022 est une collection de 777 NFTs. Chacune est générée à partir d’une photo prise avec l’appareil du smartphone et est ensuite traduite en un arrangement géométrique de couleurs à l’aide d’un algorithme capable de détecter les objets présents sur une photographie. Office Impart présente une sélection de sculptures issues de Unhuman Compositions, et offre aux visiteurs la possibilité d’interagir pour créer une composition sur place.  L’artiste Robbie Barrat (L’Avant Galerie, Paris), pionnier du crypto-art s’inspire du jeu d’arcade Big Buck Hunter pour créer des peintures de paysages. Kevin Aboach (Nagel Draxler, Berlin) se saisit d’intelligence artificielle générative pour fabriquer des photographies synthétiques, images qui deviennent virales et repoussent toujours plus la véracité d’un récit et ses corollaires.

Parmi les expositions des partenaires, pour la 7ème année, carte blanche aux étudiants 2023 avec la plateforme pour la photographie émergente qui donne à voir les jeunes talents en master ou licence des écoles de photographie et d’arts visuels européennes à la Gare de Lyon du 2 novembre au 15 décembre 2023.

 

Infos

Paris Photo

Du 9 au 12 novembre 2023

Grand Palais Ephémère

On Line Viewing Rooms