Le silence est d’or, pour qui va l’entendre

Par Marie Gayet18 avril 2017In 2017, Revue #15, Articles

Depuis 2014, sous l’impulsion de sa nouvelle directrice Juliette Fontaine, le CAPA, Centre d’Arts Plastiques d’Aubervilliers mène un projet radicalement nouveau autour de l’art contemporain sur le site où il est implanté. Ce site, c’est la Maladrerie, un ensemble architectural de cité logement des années 70/80 qui dès le départ a intégré des ateliers d’artistes parmi les habitations. L’une des missions du nouveau projet, porté comme un engagement politique par l’équipe artistique, consiste à proposer des expositions pour quelques semaines dans un appartement (inoccupé entre deux locations) et à impliquer les habitants. « Le silence est d’or » est la troisième exposition à s’installer dans un logement. Elle réunit les trois artistes Virginie Descamps, Irina Rotaru et Gabrielle Wambaugh, chez qui la dimension silencieuse a moins à voir avec la parole qu’avec un certain état de forme. Il semble que leurs oeuvres atteignent une limite de la représentation, par-delà même la dichotomie abstraction/figuration. Que ce soit la première, dans des assemblages et une installation empruntant à l’univers urbain ou quotidien, la seconde dans des dessins, souvent de grand format, aux couleurx vives et aux aplats veloutés, et la troisième créant des formes épurées à la poétique trouble et tendue, chacune, de manière différente,  pousse la forme jusqu’à la déformation et tend à rendre vaine toute tentative de définition. Le langage alors fait défaut, et le silence, palpable, s’installe. A ce titre, l’œuvre vidéo d’Irina Rotaru Demos Kratos (signifiant démocratie) montrant le dessin d’une bouche rose baiser qui articule en boucle les syllabes du mot de-mos-kra-tos, imprime au regard et à l’oreille du spectateur sa rythmique et sa scansion, alors même qu’elle est muette. Quand le silence se substitue à la voix pour dire plus intensément, il est un cœur qui palpite, prêt à s’écouter.

 

Par Marie Gayet


Infos :

CAPA

27 bis rue Lopez et Jules Martin, Aubervilliers

du 10 mars au 2 avril 2017