Forces rayonnantes à l’Abbaye de Maubuisson

Par Marie Gayet13 novembre 2020In Articles, Expositions, 2020

 

Charlotte Charbonnel est connue pour son travail qui regarde autant du côté de la recherche scientifique que des sciences dites occultes, des phénomènes physiques que de la poésie des éléments. Elle montre un intérêt pour le monde de l’invisible, la force des énergies, l’approche holistique, la beauté de la matière et de ses mystères. A l’Abbaye de Maubuisson, avec Geoscopia, l’artiste compose un parcours en résonance avec l’histoire et les forces naturelles du bâtiment patrimonial.

L’exposition, conçue comme une partition qui se déploie de l’extérieur à l’intérieur, révèle l’impact et l’influence des ondes entre elles. Dans des installations intégrant les mécanismes, le dispositif complexe se joue d’une salle à une autre, la première œuvre servant de matière à la suivante, et ainsi de suite, reprenant les sons, les vibrations, les données enregistrées, elles-mêmes devenues matières physiques et sensorielles dans la chaîne ininterrompue des éléments.

Dehors, à l’emplacement exact d’une fontaine aujourd’hui disparue, capitale dans l’histoire de l’abbaye, la première œuvre, Arkhê source*, une colonne en béton munie de cinq capteurs internes, vient sonder le sol, enregistrer et traiter les vibrations sismiques, thermiques, radioactives et électromagnétiques (rayonnement ultraviolet et infrarouge) auxquelles le lieu est soumis. Ces données sont ensuite transmises, quasiment en direct, à l’installation du Parloir Les Chants de Malodunum, qui, en les réinterprétant autour du pilier central, dans un ballet sonore de bols chantants activés par une mailloche automate, offre un moment d’une rare intensité visuelle et acoustique. On conseille au visiteur d’y rester seul s’il le peut, pour en apprécier toute la puissance rayonnante et l’équilibre parfait du point d’orgue tournant.

Dans sa simplicité, l’œuvre suivante, Rémanences, au pendule suspendu venant caresser un ensemble d’épingles sur une grande tenture à l’horizontale, fait un pont entre les travaux de couture des moniales, le passage du temps et la présence de l’eau qui ne cesse de couler sous la terre. Le son allant s’amenuisant, comme la lumière, Pneumaphonie, l’installation immersive occupant la totalité de la Salle des Religieuses, s’anime par le souffle qu’expulsent trois longs tubes métalliques, qui, dans ce contexte, prennent des allures d’émissaires d’un autre monde. Entre les colonnes de pierre et les morceaux de pouzzolane, sombre roche volcanique, ils semblent glisser dans l’air et, après une longue inspiration, tracent sur le sable d’éphémères dessins, que l’on contemple avant leur prochain effacement.

Le passage dans l’Antichambre est une traversée dans le noir, déchirée par des synapses lumineuses en suspension. C’est donc l’esprit encore troublé par l’aveuglement que l’on débouche dans la dernière salle, les Latrines basses, où Charlotte Charbonnel conclut le parcours par une installation à la faille vertigineuse. Suivant un mécanisme en système fermé, Continuum vient puiser l’eau d’un canal souterrain, qui circule ensuite, de bas en haut et de haut en bas, ce qui donne à l’écoulement un mouvement perpétuel. Un retour à la source aussi profond qu’hallucinant, où le visiteur est littéralement plongé dans les entrailles de la terre. L’énergie tellurique est une réalité. Geoscopia en est la quintessence visible et elle est impressionnante !

*Dire ici l’importance de l’étymologie dans les titres des œuvres de Charlotte Charbonnel, la force du mot, pris à sa racine, remontant à l’état anciennement le plus accessible, complètement en phase avec sa son travail.

En grec, arkhê signifie à la fois : là où les choses sont suppposées commencer, selon la nature ou l’histoire, ou là où la loi commande, selon les hommes ou les dieux

 


Infos pratiques:

Geoscopia : Charlotte Charbonnel

Jusqu’au 21 février 2020

Abbaye de Maubuisson, site d’art contemporain du Val d’Oise

Avenue Richard de Tour, Saint-Ouen l’Aumône

 

Des performances et rencontres sont prévues avec archéologue, chercheur, historien, scientifique, écrivain et même thérapeute des lieux.