Expérience sensorielle avec Cécile Beau

Par Sylvie Fontaine28 septembre 2014In Revue #8, Articles, Expositions

 

« J’aime créer des univers et des environnements où le son joue un rôle important afin d’aller au-delà du visible… » Cécile Beau

Le spectateur est souvent invité à pénétrer l’espace même de l’œuvre, au propre ou au figuré, et va ainsi se laisser envahir par la matière sonore ce qui ne manque pas de susciter son imaginaire. Cécile Beau donne à voir des histoires invisibles au premier regard. Elle s’intéresse à la nature et y prélève végétaux ou minéraux qui seront souvent à l’origine de ses fictions aux titres mystérieux. Elle observe aussi bien le milieu terrestre en surface, souterrain ou marin que les planètes lointaines dans l’espace et propose un univers décalé où le visiteur peut perdre ses repères.

Pour sa première exposition personnelle dans la galerie 22,48m2, Cécile Beau transforme l’espace en une surface sédimentaire où la lumière se raréfie. Au travers des différentes œuvres, surface et profondeur s’inversent et les échelles de temps se chevauchent. Des racines s’insinuent discrètement et le souffle du vent tourbillonne autour du spectateur tandis que des paysages étranges l’entourent.

Cette « fée physicienne » comme la surnomme Marie Sawisza, réalise des environnements magiques pour chaque exposition : des flaques d’eau d’où émanent mystérieusement le son de gouttes invisibles, une grotte étrange dans les profondeurs du Palais de Tokyo, un ciel zébré d’éclairs, un espace interplanétaire ou encore un monde microscopique…

Alors ne manquez pas cette nouvelle expérience sensorielle hors du temps !

 


INFOS:

Galerie 22,48m2
30 rue des Envierges, Paris 20e
Substrat
jusqu’au 1er novembre