DRAWING NOW ART FAIR 2020

 

Depuis 2007, Drawing Now Art Fair accueille tous types de publics avec ce medium intemporel et abordable qui peut se retrouver encadré classiquement, froissé, réalisé à même le mur ou sur tout autre support que le papier, ou encore transposé dans une vidéo.

Cette année, le salon accueille plus de 70 galeries de 15 pays différents, présentant plus de 400 artistes. Une nouvelle approche est proposée avec la mise en lumière de l’influence croisée entre dessin et cinéma. En plus de l’exposition « Tout un film », présentée à la Cinémathèque française, quatre artistes ont été invités au Carreau du Temple à porter un regard sur la collection de la cinémathèque. Le cinéma s’inspire depuis longtemps de l’histoire de l’art et les artistes s’y réfèrent volontiers. Mathieu Dufois (artiste focus de la galerie C) a travaillé à partir de dessins conçus pour un film de Marcel Carné qui n’a jamais vu le jour. Camille Lavaud a réalisé de fausses affiches et travaille à la réalisation d’un film. Un invité d’honneur, en la personne de William Kentridge, illustre le propos avec la projection de « Tide Table » 9ème film de sa série des « Drawings for Projection » réalisée sur une période de plus de 20 ans, méditations intimes en résonance avec l’histoire turbulente de l’Afrique du Sud.

Au rez-de-chaussée, dans le secteur général, des propositions aussi variées que celles d’Espace à vendre avec Emmanuel Régent et ses aquarelles d’une beauté dispersée entre ciel et mer, de la galerie Claire Gastaud avec Delphine Gigoux Martin et une installation incluant dessins, vidéo et objets entre rêve et réalité, de la galerie Isabelle Gounod avec les encres et calligraphies de la danseuse chorégraphe Carolyn Carlson, de la galerie In Situ avec Marcel van Eeden qui reproduit toutes sortes d’objets ou de scènes dans une restitution suggestive du passé…

L’espace RocioSantaCruz, plateforme d’expérimentation, présente les dessins de Ceseepe, l’une des figures de la Movida madrilène à la production englobant peintures et œuvres graphiques. En cette année de la bande dessinée et pour fêter ses 10 ans, la galerie Martel revient sur sa ligne fondatrice avec une sélection de jeunes artistes au côté des grands maîtres ayant permis à la BD d’acquérir ses lettres de noblesse. La galerie Loevenbruck montre, dans une scénographie foisonnante, les productions diverses de Daniel Johnston, artiste américain chanteur et compositeur.

Le niveau bas est consacré plus spécifiquement au versant le plus contemporain du dessin. Dans le secteur « Process », où les galeries sont invitées à montrer des projets spécifiques sous forme d’une expérimentation de voies nouvelles, première participation pour les galeries Galleria Michela Rizzo et Galleria Studio G7 présentant un stand commun où elles réunissent leurs artistes autour de leur vision de la société. Narrative projects montre deux artistes explorant l’étendue conceptuelle du dessin au travers de l’image animée et de l’utilisation de l’intelligence artificielle.

Dans le secteur « Insight », plateforme de découverte d’artistes moins connus présentés en solo ou en duo, la galerie Vachet-delmas invite Yoann Estevenin avec ses chatoyants pastels incitant au voyage.

Ce sera aussi l’occasion de découvrir un programme d’actions de dessin performé dont ceux exécutés par Elsa Werth qui invite le visiteur à emporter un point de fuite, participant ainsi à la dissémination de l’œuvre et à la dissolution de sa représentation.

Depuis 2018, Christine Phal et Carine Tissot ont souhaité faire du mois de mars, une grande fête du dessin. En 2020, le Mois du dessin se renforce à l’échelle nationale, réunissant 35 lieux dont 12 en Île-de-France et 23 en région.

 


INFOS :

Drawing Now Art Fair
Le Carreau du Temple
2 rue Eugène Spuller, Paris 3e
du 26 au 29 mars