Devenir au Collège des Bernardins

Par Pauline Lisowski13 septembre 2018In Revue #19, Articles, 2018

« Devenir » renouvelle la manière de penser la temporalité de l’exposition. Le Collège des Bernardins poursuit ici sa vocation d’inciter les visiteurs à s’interroger sur l’état du monde. Cette exposition est conçue comme un cycle en trois temps : trois formes de dispositifs, de présentation de l’œuvre. Elle est pensée comme un espace où l’œuvre se révèle en mouvement.

La commissaire Sophie Monjaret a proposé aux artistes de travailler en équipe en se laissant porter par ce qui peut advenir des regards et influences sur la création. Elle a voulu mettre en lumière l’envers du travail artistique, tout ce qui nourrit l’artiste chercheur, perméable à son environnement en mutation.

Au cours du 1er temps, une exposition, dans l’ancienne sacristie, réunit des œuvres pré-existantes qui interagissent avec l’architecture de ce lieu chargé d’histoire. Les créations de Gabrielle Conilh de Beyssac jouent sur les traces. Elles témoignent d’un certain rapport au temps, de moments que l’on cherche à figer. Jonas Delhaye privilégie une connexion du corps à l’environnement. Il expérimente les processus de création de l’image, captation d’une expérience de contact avec la nature. Les œuvres en bois et en verre de Sarah Feuillas convoquent une réflexion sur l’habitat et sur notre façon d’habiter le monde.

Durant une seconde étape, le lieu se transformera en atelier, un temps durant lequel les artistes travailleront ensemble, expérimenteront des formes nouvelles. Des performances, solo et collectives ainsi que des ateliers révéleront un art du moment présent. Ces temps d’échanges proposés aux visiteurs révéleront les coulisses de la genèse d’une œuvre, en état d’attente, toujours prête à être transformée.

Le projet se clôturera par le temps du futur, une courte période durant laquelle les artistes dévoileront au sein du Collège des Bernardins, des éléments de leur espace de travail, carnets de recherche, lectures, objets… Des tables rondes ouvertes au public inviteront à réfléchir à la question du devenir.

Ce projet curatorial étire le temps de l’exposition. La programmation de rencontres et de conférences accentue sa dimension expérimentale comme source de réflexions. Elle met en lumière le processus de création et dévoile combien l’artiste se fait témoin des enjeux actuels de notre monde en mutation. Elle montre également combien l’œuvre d’art reste ouverte aux changements, aux rencontres, soumise aux effets du temps ou bien témoin de ses évolutions…

Ainsi, le visiteur est incité à revenir et à profiter de chaque temps fort, durant lesquels, il pourra découvrir et redécouvrir l’ancienne sacristie, devenue territoire d’expériences artistiques, laboratoire de création.

 

Par Pauline Lisowski


Infos :

Collège des Bernardins

20 rue de Poissy, 5è

jusqu’au 8 juillet 2018