Boryana Petkova – Aux limites du corps

Par Maya Sachweh26 mars 2022In Revue #28, Articles, 2022

 

Née en Bulgarie et diplômée de l’Académie Nationale des Beaux-Arts de Sofia et de l’ESAD Valenciennes, Boryana Petkova vit et travaille à Paris (dans les ateliers Poush).  Le corps est au centre de ses recherches, à travers le dessin, la sculpture, la performance, la vidéo, la photographie et le son, elle explore ses limites, ses contraintes, mais exprime également le désir de dépassement et de connaissance de soi.

 

Boryana utilise son corps à la fois comme outil et comme mesure. Elle crée des situations qui déstabilisent pour questionner ce moment court, fragile et authentique pendant lequel on perd le contrôle de son corps et de son être. Ses œuvres partent souvent d’une action d’une certaine durée qui laisse des « traces », comme des traits de crayon au mur, du verre brisé par terre, une vidéo documentant la performance.

 

Guardian

 

Une de ses œuvres emblématiques est Guardian qui réunit performance, sculpture, dessin et vidéo.

La sculpture est une reproduction en verre et en métal des entourages de fer que l’on peut trouver autour des arbres dans nos villes. Ils sont censés protéger la nature, mais la tiennent aussi prisonnière. Elle évoque en même temps les corsets « à baleine » qui contraignaient et emprisonnaient les corps féminins jusqu’à leur « libération » dans les années 1920. Le choix du verre n’est pas anodin, il signale à la fois la fragilité, le danger et la transparence.

La vidéo montre l’artiste enfermée dans ce corset, dos au mur, les bras tendus en l’air, un crayon dans chaque main. Elle trace frénétiquement des traits noirs au-dessus d’elle, se met sur la pointe des pieds pour atteindre l’extrême limite à sa mesure, aussi longtemps que ses forces le permettent. L’engourdissement de ses mains, qui la force à lâcher les crayons, met fin à la performance, l’artiste est libérée de son carcan de verre, laissant la cage vide, avec le fantôme du corps qui n’est présent que par les traces laissées sur le mur.

 

Lignes de désir

 

Le rapport au dessin et à l’espace est quasiment charnel et existentiel pour Boryana. Elle s’astreint souvent à travailler sous contrainte pour pousser son expression plus loin. Elle ne contrôle pas le dessin mais suit ses exigences et ses promesses de débordement du cadre pour se répandre dans l’espace environnant. Mais il reste toujours une limite, celle de son corps. C’est le cas de ses Lignes de désir réalisées in situ, des toiles qu’elle vient tisser sur place pendant plusieurs jours voire plusieurs semaines. La dernière version fait actuellement partie de l’exposition Gulliver’s Sketchbook à Kai10/Arthena Foundation à Düsseldorf. Seuls ses appuis et la limite de sa résistance physique conditionnent la trame qui se dessine sur le papier ou la toile, puis sur les murs. A l’origine d’une densité presque effrayante, les traits s’éclaircissent et s’effilochent au fur et à mesure, comme si l’artiste était à bout de souffle. Ce qui est effectivement le cas, l’effort de la « conquête de l’espace » la contraint à s’arrêter de temps en temps pour reprendre des forces.

 

Link

 

Parfois, elle ne se mesure pas qu’à elle-même, cherchant un dialogue ou une symbiose hypothétique avec une autre personne, comme dans la performance filmée Link. Deux personnes sont attachées aux deux extrémités d’une barre, encore une fois en verre, fixée au mur. Les deux se mettent simultanément à dessiner au mur, l’une de la main gauche, l’autre de la main droite. Au début, elles s’efforcent à suivre un mouvement synchrone, mais très vite les rythmes varient, s’opposent, l’un prenant le dessus sur l’autre. Inévitablement, la barre en verre se brise, ses morceaux par terre signifiant l’échec de la tentative de communication et d’union entre deux êtres.

 

Spit it Out

 

La communication, cette fois-ci par le langage, est aussi au centre de l’ensemble Spit it Out (Crache le morceau). Lors d’une action filmée, Boryana, la bouche pleine de plâtre liquide, prononce trois mots en anglais – please, thank you et sorry. Trois mots de courtoisie ou d’empathie que certains ont des difficultés à dire, aujourd’hui plus que jamais. Le plâtre durcit lentement et devient un objet encombrant. L’artiste ne peut plus le retenir dans sa bouche et le recrache. Ensuite, elle utilise le moule en plâtre pour façonner trois sculptures en verre qui épousent la forme plastique des mots. Dans un troisième temps, elle se filme en mettant les sculptures dans sa bouche et en essayant de prononcer les mêmes mots dans sa langue maternelle. Par ce geste, elle ajoute deux autres dimensions : la problématique de toute traduction et la difficulté d’une personne « déplacée » à s’exprimer et à se faire comprendre dans une langue et une culture étrangères.

Les trois sculptures en verre Spit it Out (Crache le morceau) font partie des éditions de multiples Artaïs 2022.

 

Le travail de Boryana Petkova a des parentés avec ceux de l’artiste portugaise Helena Almeida, pour qui « l’œuvre est mon corps et mon corps est mon œuvre », et de l’artiste tchèque Jana Sterbak, un art de la vérité et de l’homme (ou la femme) nu(e) face à sa condition. Mais elle a trouvé une expression toute personnelle qui invite le spectateur à prendre conscience de chacun de ses gestes, à se mesurer à l’espace et aux autres, à entrevoir ses limites et la possibilité de les surpasser.

 


Infos pratiques :

 

Gulliver’s Sketchbook,

du 10 mars au 26 juin 2022

Kai 10/Arthena Foundation, Düsseldorf

 

Hyperdrawing: Un dialogue entre Boryana Petkova et Katrin Strobel,

à partir du 29 mars 2022

Frac Picardie

 

Hyperdrawing, DRAWING NOW ART FAIR

du 18 au 22 mai 2022