L’introspection selon Stéphane Thidet

Par Celine Maillard3 septembre 2017In Articles, 2017, Revue #16

L’artiste a choisi d’intituler l’exposition monographique que lui consacre l’Abbaye de Maubuisson « Désert », terme qui désignait à l’époque le lieu de la retraite spirituelle. Il renvoie à l’idée d’isolement, à la méditation, au silence, à la contemplation et tout simplement à cet ancien monastère cistercien où sont mises en scène trois nouvelles pièces contextuelles.

« D’un soleil à l’autre », deux grands disques en bronze qui illuminent la salle du parloir plongée dans la pénombre, met le visiteur au centre d’un dialogue singulier. Ces deux éléments, reliés à l’antenne extérieure située dans le parc qui capte la fréquence des astres lointains, envoient des sons différents et se répondent. Le visiteur assiste alors à une interprétation de quelque chose qu’il ne peut généralement pas entendre, à un moment unique puisqu’irreproductible, dans un contexte où tout renvoie à la spiritualité.

Dans la salle du chapitre, « Insomnies » se compose de six lits positionnés à chaque croisée d’ogive. Leurs matelas, faits de terre et de paille, sont traversés par des arbrisseaux de gattiliers, plante cultivée au Moyen Age par les moines pour ses vertus calmantes et anaphrodisiaques.  L’artiste laisse ici évoluer l’œuvre et pousser les arbustes, jouant ainsi sur l’opposition croissance/ infertilité.

Contrastant avec les deux précédentes car semblant de prime abord quelque peu figée, la troisième œuvre investit pleinement la salle des religieuses : sept pierres imposantes et pesantes, provenant du parc, orientées vers le nord, pôle magnétique, sont posées sur un sol d’argile dans cet espace volumineux structuré par les colonnes. Le mouvement y est cependant fortement suggéré, non seulement grâce aux empreintes laissées dans le sol par le tractage de ces pierres mais aussi par son titre « Un peu plus loin », petit clin d’œil humoristique à l’effort fourni pendant le montage de l’exposition. Cette installation in situ s’assimile à un paysage lunaire et fait écho au phénomène qui se produit sur le lac asséché californien Racetrack Playa, les rochers se déplaçant mystérieusement à sa surface, en fonction de l’humidité et du sel. Elle est surtout l’illustration même de ce qui intéresse et inspire l’artiste : l’utilisation du matériau brut et la simplicité du geste appliquée à des objets ou des situations… « Cette angoissante étrangeté de la nature qui prend le pas sur le domestique » : cette citation de l’artiste synthétise avec justesse l’essence de son travail, qui se dégage également de la vidéo « Half Moon », où des animaux se réapproprient la nuit un jardin investi par l’homme et qui termine l’exposition.

 

Par Céline Maillard


Infos :

Désert

Abbaye de Maubuisson

Avenue Richart de Tour

95572 Saint-Ouen l’Aumône

Jusqu’au 27 aout 2017

Visite organisée avec Artaïs le 24 juin