Jeff Wall expose en avant première Smaller Pictures

Par Genevieve Roussel20 octobre 2015In Articles, Revue #11, 2015

Jeff Wall, le sublimateur, explorateur de l’univers urbain, ne raconte pas le réel, il interroge la représentation, fabrique des images comme autant de fictions. Il présente pour la première fois des photos de petit format.

La photo est un certificat de présence. Jeff Wall l’atteste et signe. Issu de l’art conceptuel, infiniment reconnaissable grâce au procédé de caisson lumineux qui a créé sa légende depuis 1977, la photo de Jeff Wall se lit comme un tableau, comme une œuvre d’art visionnaire qu’auraient créée Vélasquez, Delacroix, Manet, Hokusai, s’ils avaient troqué le pinceau pour l’objectif. Et, tandis que le photo-journalisme traduit une réalité, Jeff Wall considère que l’artiste transmet une représentation de l’évènement, qu’il possède une sorte de temps interne qui n’apparaît pas dans une photographie instantanée. De là, le débat s’engage sur l’argentique et le numérique. « L’argentique s’inscrit comme une mémoire, malgré la suprématie du numérique, il présentera toujours un intérêt. »

L’artiste canadien de Vancouver possède son propre univers : une imagerie dramatique théâtrale, mélange d’Arte povera mâtiné de surréalisme et de cubisme dans certaines de ses compositions qui renvoient parfois aux couleurs saturées d’Eggleston. Voir Diagonal Composition, l’une des Smaller Pictures présentée pour la première fois dans un ensemble. « Certaines de ces images ne se sont pas laissées intégrer dans des formats plus grands que j’avais imaginés pour elles au départ, elles se sont détachées d’autres grands projets et ont affirmé leur indépendance, certaines ont surgi encore un peu par accident. Elles forment tout à coup un groupe de petites images, rassemblées en provenance d’orbites différentes. »

Voir aussi The Giant, cliché le plus frappant et abouti qui nous questionne sur la composition de la photo, sur notre attention flottante incessamment sollicitée dans l’univers urbain.

 

Par Geneviève Roussel


Infos :

Fondation Henri-Cartier Bresson

2 impasse Lebouis, Paris 14è

jusqu’au 20 décembre 2015